Bursa
Çok Bulutlu
12.1°
Lifebursa.com - Bursa ve Türkiye'den son dakika haberleri

Comment le transfert de Mehmet Zeki Celik a-t-il été une arnaque pour Bursaspor?

Bursaspor , 25 Şubat 2021 Perşembe, 15:49

Le transfert de Mehmet Zeki Celik originaire de Vakifkoy a été réalisé entre Bursaspor et Istanbulspor. Les clauses du contrat stipulaient que Bursaspor détiendrait 50% du prochain transfert du joueur.

Comment le transfert de Mehmet Zeki Celik a-t-il été une arnaque pour Bursaspor?

Zeki Celik a joué deux saisons à Istanbulspor et a ensuite été transféré vers l'équipe française LOSC LILLE. La somme déclarée par Istanbulspor pour les frais de transfert était de 1 million d'euros.

A cette époque, j'ai maintes fois insisté sur l'importance d'analyser cette somme qui ne semblait pas correcte.

Le président de Samsunspor, Yuksel Yildirim s'est adressé au propriétaire d'Istanbulspor, Omer Saral sur Twitter : « Veuillez expliquer à toute la Turquie les manœuvres faites pour que Bursaspor bénéficie d'une moindre somme suite au transfert de Mehmet Zeki. Sinon, je le ferai moi. Tout le pays sera témoin de votre malhonnêteté... »

Cependant, personne, y compris le club de Bursaspor, n'a demandé à Yuksel Yildirim ce qui découlait de ses propos.

Après cette partie du récit, la Turquie va apprendre pour la première fois ce qu'est une arnaque de transfert. Tout d'abord, il y a lieu d'éclaircir la manière dont le président de Samsunspor, Yuksel Yildirim a découvert le problème.

Samsunspor a eu des discussions avec Istanbulspor pour le joueur Duhan Aksu au poste d'arrière gauche. Cependant, suite aux demandes incessantes d'Istanbulspor, ce transfert s'est transformé en crise et n'a pas été réalisé. Au cours de ce transfert, Yuksel Yildirim a pris connaissance de l'arnaque par Istanbulspor face à Bursaspor pour la première fois par la bouche d'un témoin direct.

Duhan Aksu est donc un nom clé dans le jeu du contrat de Mehmet Zeki Celik.

Duhan n'était lui-même pas au courant de la situation mais a été choisi comme victime par son équipe, Istanbulspor qui n'était pas sastisfaite des chiffres obtenus en cas du respect des 50% dûs à Bursaspor. Le jour où Zeki Celik a signé au club de Lille, ces derniers et Istanbulspor ont signé un contrat préliminaire avec 1.500.000€ de frais d'annulation. Dès le départ, ce contrat n'allait pas aboutir et n'avait pour seul but la récupération de 1.500.000€ intervenant dans la vente de Zeki Celik et le contrat avec Bursaspor. La personne la plus étonnée du contrat préliminaire entre l'équipe française et Istanbulspor était Duhan Aksu lui-même.

Sur la chaîne YouTube TOTEMLE TURKIYE, Duhan Aksu explique que le jour du transfert de Zeki Celik, le président d'Istanbulspor l'a interpellé pour lui signaler qu'un contrat préliminaire le concernant avait été signé entre eux et Lille.

Duhan Aksu a aussi expliqué au programme RADYOSPOR : « Lille et Istabulspor ont effectivement signé un contrat préliminaire. Initialement j'ai aussi été très surpris car je n'avais joué que 10 minutes la saison précédente. Je suis très heureux. C'est un réel plus dans le transfert de Mehmet Zeki. ».

L'arrêt Bosman a instauré que les clubs de football ne puissent pas réaliser de transfert sans consulter le joueur concerné.

Deux clubs ne peuvent réaliser un transfert sans que le footballeur sache l'équipe et le pays où il sera transféré ou qu'il n'ait pas accepté les conditions financières.

Toutefois, comme il a longuement été dit que ce contrat préliminaire ne serait pas réalisé et que le but masqué était d'utiliser les frais d'annulation comme somme supplémentaire de 1.500.000€ au transfert de Zeki Celik, l'arrêt de Bosman n'avait pas vraiment d'intérêt pour les deux parties. Le club de Lille a donc payé un total de 2.500.000€ pour le transfert de Mehmet Zeki Celik.

Que doit faire le club de Bursaspor à ce stade ?

Bursaspor n'est pas seul et ne peut être utilisée par les autres. Vakifkoy n'a pas à subir pour Istanbulspor ni un autre club.

La première règle de la philosophie de protection de Bursaspor est de s'opposer à toute injustice.

Bien à vous...

Hakan DİNÇTÜRK